Chargement Évènements

jeudi 21 mars 2019 – 20:30-23:00
AJMI – Avignon, France

CO2 – Cycle de Lieder

Membre du réseau :

Création

Prix : 15€

Auteur(s) : Compositeurs et concepteurs du projet
 : Patrick Defossez
 et Anne-Gabriel Debaecker Concepteur multimédia
 : 
Mathieu Chamagne Textes
 : Jean-Bernard Pouy

Interprète(s) : Acteur : Jean-Charles Dumay (France) Vocaliste : Janice Jackson (Ca) Violoncelle et viole de gambe : Silvia Lenzi (Italie) Flûtes basse et octobasse : Anne-Cécile Cuniot (France) Clarinettes basse et contrebasse, clarinettes lituaniennes : Etienne Lamaison (France) Piano acoutisque, percussion (peaux, métaux), laptop : Patrick Defossez (France-Belgique) Électroacoustique live, piano électrique, bols chantants, tams : Anne-Gabriel Debaecker (France) Dispositif visuel : Mathieu Chamagne (France)

Spectacle musical intermédia interactif et visuel pour un acteur, une voix soprano, un petit ensemble d’instruments rares, des percussions, un set de musique électroacoustique et des écritures numériques.

CO2 – Cycle de Lieder — titre qui ne manque d’ailleurs pas d’air ou plutôt en manque dangereusement — est le voyage solitaire d’un être face à sa mue numérique, dans la double contrainte de deux forces intériorisées, le réel et son double électronique — un être qui se cherche et se fuit sans cesse. Passera-t-il du mammifère qu’il est encore au numérifère qu’on lui demande de devenir ?
Faut-il en rire ou en pleurer ? Ne faut-il pas préserver l’équivoque, glisser sans cesse de la comédie à la tragédie et de la tragédie à la comédie, où l’enchanté et le déjanté musical cohabitent dans une égale volubilité ?
Pour le livret, Jean-Bernard Pouy, en inventant un polar original, alliant prose et haïkus, interroge la complexité kafkaïenne des dérives technologiques de notre société, dans laquelle nous, citoyens, errons — une errance d’incompréhension. « Rien n’est vrai, tout est possible » proclame, de façon stupéfiante, l’adepte de la post-vérité, Peter Piamntsev.

L’interactivité comme source d’inspiration :

en pensant à Isidore Lucien Ducasse, comte de Lautréamont :
« … la musique doit être faite par tous, non par un … »

Le dispositif scénographique est fondamental. Il permet de faire un pas de trois entre les compositeurs-concepteurs, les musiciens, le public. Les interprètes et le public se trouvent de part et d’autre d’un écran translucide, qui ne se lève jamais, écran-support sur lequel sont projetés des éléments textuels dans leurs graphies et leurs sonorités, ainsi rendues visibles.
Lors du troisième et dernier mouvement musical, le public entre en interaction avec les musiciens par le biais d’interfaces numériques, dessinant, inscrivant des mots transformés qui se métamorphosent en une partition musicale graphique, projetée sur l’écran ; les musiciens s’en emparent et la partition devient objets.
Le public par son action ajoute une strate d’inspiration à l’œuvre et modifie ainsi la communication musicale. Ces interventions permettent d’indéterminer ce qui a été au préalable calculé et de déterminer ce qui est en train de survenir. La partition se trouve ainsi renforcée de mille mutations possibles.

Association 2d'Lyres, 17 rue lecointre 51100 Reims - France CO2 - Cycle de Lieder est une oeuvre de 1h20' déposée à la SACEM France

http://www.2dlyres.net/carnet

Raynald Najosky Raynald Najosky